POUR GAGNER LE PROGRÈS SOCIAL : TOUTES ET TOUS EN GRÈVE, LE 22 ET LE 29 SEPTEMBRE 2022

– Le 22 septembre à 14H devant le CH de Montauban dans le cadre de la mobilisation des travailleurs du secteur de la santé et de l’action sociale.

– Le 29 septembre 12h30 square Picard Montauban ( Face au Musée Ingres : rassemblement, stands repas, manifestation)…

La crise sanitaire a mis en lumière l’aberration du système économique capitaliste qui domine le monde.
Il aurait fallu être très naïf pour imaginer que ceux qui profitent directement de ce système le transforment spontanément, en profondeur, à la sortie de la crise. Alors que la pandémie a mis en lumière la gestion capitaliste de notre système solidaire, Macron, valet du patronat, qui a été réélu par défaut à la tête de l’État, a annoncé la poursuite de sa politique libérale et de casse des conquis sociaux de notre système de protection sociale.
Alors que notre classe a subi de plein fouet cette crise, la classe capitaliste, elle, en a bien profité : près de
70 milliards de dividendes versés en 2021 et le premier trimestre 2022 promet un niveau aussi haut.
Et pendant ce temps, les salariés subissent de plein fouet l’inflation annoncée à 5,4 %, plongeant beaucoup
de familles dans la précarité financière. Dans combien d’entreprises les accords signés fin 2021, début 2022, répondent à cette augmentation ? Combien de salariés ont perdu du pouvoir d’achat ?

Comme si ce n’était pas suffisant, le gouvernement va appliquer un « plan de résilience » pour faire face à la
situation économique, soit une austérité maximum pour les salariés, avec notamment la continuité de son projet
de recul de l’âge de la retraite.
Nous ne pourrons pas encore rester 5 ans sans réaction de la classe ouvrière. Toute la CGT doit se mettre en
ordre de bataille pour contrer les projets destructeurs du gouvernement.
Il est important de prendre conscience que, si nous ne faisons rien, si le salariat, avec la CGT, ne se mobilise
pas pour garder et conquérir de nouveaux droits collectifs, le jour d’après sera bien pire que le jour
d’avant.
Le changement de système ne pourra se faire que par la mobilisation des travailleurs et par l’arrêt des outils de
production dans nos industries.
La CCN de la CGT, dans son appel du 11 mai, a engagé une première action de grève le 29 septembre 2022qui sera précédée d’une journée de grève des secteurs de la Santé et du Médico-social le 22 septembre 2022.

Appel du CCN 11 mai 2022

Appel Intersyndical 29septembre

15, 32, 60, 100…POUR LE PROGRÈS SOCIAL !

15€/H QUI PROFITENT À TOUTES ET TOUS !

Tout augmente sauf les salaires ! Et avec l’inflation, qui, à fin juin était de 5,8 %, la situation d’un très grand nombre
de salariés se dégrade, le pouvoir d’achat baisse.
La CGT propose un taux horaire du SMIC à 15€/h pour répondre aux besoins élémentaires incompressibles : se
nourrir, se loger, se soigner. Augmenter les salaires, c’est non seulement améliorer immédiatement les conditions de vie de chacun, mais aussi alimenter le pot commun de notre système de protection sociale, indispensable tout au long de la vie : Santé, Retraite, Assurance Chômage.
2000 € PAR MOIS POUR 32H00 PAR SEMAINE.

32 HEURES QUI PROFITENT À TOUTES ET TOUS !

Les 32 heures sans perte de salaire, c’est possible, c’est bénéfique et c’est urgent ! En effet, les avantages économiques et sociétaux de la réduction du temps de travail sont connus :
• elle contribue à créer directement des emplois nécessaires à la satisfaction des besoins, des emplois de qualité, et correctement rémunérés. (+ 350 000 emplois directs au moment du passage aux 35 heures),
• elle améliore la santé et la productivité des salarié.e.s,
• elle permet à toutes et à tous d’accéder, sur le temps de travail, à la formation professionnelle tout au long de la carrière,
• elle permet de créer les conditions de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, et de l’égalité dans l’articulation entre vie professionnelle et vie privée,
• elle permet aux salarié.e.s de disposer des temps nécessaires pour s’investir sous différentes formes dans la vie de la cité,                                                                                                                                                                         • elle permet enfin de révolutionner la manière de travailler, de se déplacer, de produire et de consommer, pour répondre à l’urgence de la mise en œuvre d’une nouvelle logique de développement respectueuse de la
planète et garantissant aux générations d’aujourd’hui et de demain la satisfaction de leurs besoins.

60 ANS QUI PROFITENT À TOUTES ET TOUS !

Plus que jamais, la CGT défend la garantie d’un droit légal de départ à la retraite à 60 ans, avec une pension à taux
plein qui ne doit pas être inférieure au SMIC. Ce dernier doit être porté à 2 000 € brut. Rappelons que les retraités
ont perdu entre 10 et 12 % de leur pouvoir d’achat en quinze ans, soit un mois de pension par an. Ce retour à
une retraite à 60 ans constitue une mesure de justice sociale.
En effet, on constate que près d’un actif sur deux n’est plus en emploi à 60 ans, y compris car ils sont poussés
vers la sortie par les employeurs les considérant comme moins productifs ou trop chers. En outre, la différence
d’espérance de vie entre les plus riches et les plus pauvres peut atteindre treize ans et l’espérance de vie en bonne
santé, c’est-à-dire sans être malade ou physiquement diminué, est inférieure à 64 ans.
Le sens du progrès, c’est de travailler moins longtemps et vivre sa retraite en bonne santé.

« 100% SÉCU » ET LA SÉCURITÉ SOCIALE

Initiée par le cégétiste et ministre communiste Ambroise Croizat, la Sécurité sociale est chargée depuis 1945 de couvrir les évènements de la vie (appelés « risques »)  . Le patronat et les gouvernements successifs n’ont cessé jusqu’à aujourd’hui, de porter des attaques contre notre Sécurité sociale. Il cherche à récupérer cette manne pour son plus grand profit. Aujourd’hui, les exonérations massives ainsi que le niveau du chômage pèsent considérablement sur les ressources de la Sécurité sociale. Le patronat en a la responsabilité. Il fait payer la note trois fois aux salariés : par le chômage, par l’augmentation de la dette publique compensant partiellement les cotisations non versées, et enfin par la baisse de la qualité des prestations sociales et parallèlement, la hausse des restes à charge.La Sécurité sociale est chargée depuis 1945 de couvrir les évènements de la vie (appelés « risques ») sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins » .L’œuvre d’Ambroise Croizat est plus que d’actualité et dans l’ADN de la CGT qui est d’améliorer la situation de tous. « Protéger des aléas de la vie, de la naissance à la mort »,  c’est donc tout naturellement que pour la CGT, le projet doit s’enrichir notamment avec le Service public de l’emploi ou bien encore avec la création d’un nouveau droit à l’autonomie. .

POUR GAGNER LE PROGRÈS SOCIAL : TOUTES ET TOUS EN GRÈVE, LE 22 ET LE 29 SEPTEMBRE 20022

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.